× Bienvenue dans le forum Kunena!

UBVT planté mais pas coulé

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois #74 par eole
UBVT planté mais pas coulé a été créé par eole
Part samedi matin 30 avril à 4h00 de LE PERREON, je savais que l'Ultra Beaujolais Village Trail ne se donnerai pas facilement.
Temps idéal; froid mais sec, sans vent.
Je suis tout de suite dans l'ambiance de la course, puisque parti très prudemment...je suis accompagné par les serre-files! Il ne s'agit pas de paniquer. Mes horaires de passage, seuls, indiqueront si je suis, ou non, dans les clous.
Au premier ravitaillement ils me quittent. De Romarand à Beaujeu, je suis seul. Le temps est superbe. Dans la montée de la Croix de Saint-Christophe je commence à voir des concurrents... Partis trop vite peut-être. Pour moi c'est bon pour le moral. A Beaujeu déjà 5h00 de course, 26 km et 1200m de D+ . J'enfile l'imperméable car le temps est en train de tourner...Le vent s'est levé et les premiers grains fouettent les visages.
Je rencontre là un coureur d'origine vietnamienne, de nationalité canadienne et cadre ONU à Genève...ça ne s'invente pas!
A La Croix ce vie, changement de partenaire: Hervé un montagnard d'Albertville. Je ferai avec lui le reste de ma course.
La pluie et le vent sont pénibles mais pas insupportables. Le terrain est vite redevenu très gras. Peu à peu le spectre de l'élimination par les barrières horaires me quitte. A Poule les Echarmeaux alors que j'ai pris 30 mn de pause pour me changer et m'alimenter je suis en avance sur mon tableau.
Les étapes suivantes confirment cette avance. A Claverolles mais surtout à La Ferme du Creux, je suis sorti de tout risque d'être hors délai.
Je quitte la Ferme à 21h37 trempé et transi, mais toujours en avance sur mon temps et largement sur la BH (23h00) . A ce niveau déjà 87 km ont été parcourus et 3700m de D+. Je suis bien. Je vais allé au bout!
Vers 22h00, un aliment pourtant testé et re-testé à l'entrainement me provoque nausée puis renvoi. Je décide de boire et de manger le moins possible pour éviter d'évacuer tout le bol gastrique. Après 22 puis 23 h00 de course cette suspension temporaire va vite me jouer un mauvais tour...Dans la dernière montée (500m d'élévation réelle) je me trouve sans jambe et sans énergie. Plusieurs chutes m'ont transformé en coureur de VTT, couvert de gadoue. Dans l'une des ultimes difficultés : une montée 40% sécurisée par une corde je reste allongé dans la gadoue, sans force, accroché, incapable ni d'avancer, ni de reculer...
Enfin arrivé au sommet, je décide de ne prendre aucun risque dans la descente très technique de près de 500 m de D- car je ne tiens pas debout. J'ai repéré un carrefour et après avoir convaincu mon compagnon de m'abandonner (il est minuit, le vent est à 70km/h et il pleut une sorte de neige fondue...) j’appelle les organisateurs que j'attends protégé par la couverture de survie.
Bilan protection civile: 35° de température corporelle, hypothermie modérée...je ne l'avais pas vu venir!
Bilan sportif: je ne suis pas passé loin. Malgré l'échec, je suis plutôt satisfait de mon comportement sur les 90 premiers km. Pas démoralisé donc et 4 jours après, déjà l'envie d'en découdre!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.353 secondes
Propulsé par Kunena