Nice Cannes, 13 novembre 2016, le marathon de la Riviera, son premier saut dans le grand bac des marathoniens.

Vendredi 11/11, après maintes hésitations, Isabelle se decide à m accompagner pour ce grand we sur la côte avec au bout le marathon. Depuis un an que je lui ai pris son dossard, elle répète qu elle ne le fera pas. A se décharge, elle ne s est pas préparé specifiquement. ( quand même les sorties mille pattes et une assiduité  a la salle de sport!). Mais au cours du trajet, elle m'avoue que si elle vient ce n est pas pour me regarder comme l'an dernier. C'est décidé, elle fera son premier marathon.

Dimanche, levés 5h. 6h départ pour l'Allianz Riviera de Nice, nouveau départ suite aux attentats du 14 juillet, et pour des raisons de sécurité la promenade des anglais est interdites. Fouille pour rentrer aux abords du stade où déjà des centaines de coureurs sont présents. Il fait encore nuit et une bise froide nous saisit. Le stress et la température font rapidement effet et nous cherchons les toilettes. Une vingtaine de cabines alignées sur le trottoir avec en face de chaque porte, une dizaine personnes en attente. Une situation assez cocasse !!!

Les "besoins" fait nous nous dirigeons vers les camions consignes afin de laisser notre sac, mais surtout les vêtements qui nous tenaient au chaud. C'est alors que pour ne pas risquer l'hypothermie, nous nous  enfilons dans des sacs poubelles 100l que l on a pris soin de découper pour seule la tête sorte. Tenue qui peut paraître ridicule mais qui s'avère très efficace.

7h: ainsi affublés nous nous dirigeons dans les sas chronometriques. Le speaker nous stimule et nous fait bouger pour se réchauffer. Mais le stress est de plus en plus présent. Elle se retrouve au milieu de tout ces coureurs, sans savoir réellement ce qui l'attend, la pression est la. L'heure se rapproche. Puis quand les sas sont remplis et après les discours officiels , le speaker nous demande de respecter, une minute d'applaudissements en hommage aux victimes des attentats. Prenant.... puis nous entonnons, nous les 13600 marathoniens, une Marseillaise. ... impressionnant et émouvant! !!! Puis c'est le compte à rebours. Elle est prête, enlève son sac, le stress est au summum.

Ça y est, c'est à elle, transportée par la foule, elle franchit l'arche de départ et déclenche son chrono. C'est parti pour 42,195km. Petit à petit, le peloton s'étire et elle s'installe dans son rythme de croisière, 9km/h. Les premiers kilomètres s'enchaînent assez rapidement et elle se laisse surprendre  à penser que cela va vite !!!

Km 5 : passage devant l'aéroport de Nice. Premier ravitaillement qu'elle prend, elle n'en negligera aucun.

Km 10 : 1h07 : Cros de Cagnes, ravitaillement mais surtout une réflexion qu'elle se faisait pour se motiver《10km je sais faire, il suffit de le faire 4 fois!》. Pour l'instant tout va bien, ses sensations sont bonnes, le temps est agréable et elle longe enfin la mer.

Km 13 : à partir de là, c'est l'inconnu, Isabelle n'a jamais couru plus que 13km en course. Justement c'est maintenant que c'est intéressant, elle est bien, et se dit que tous les kilomètres parcourus sont des kilomètres en plus sur son record.

Km15 : zig zag dans la Marina Baie des Anges, elle aperçoit les pelotons qui la précédent et se rend compte en croisant ceux qui la suivent, qu'elle n'est pas la dernière, qu'elle est très loin d'être la dernière. Cela la rassure et la motive.

Km 20 : Isabelle passe devant le Marineland, mais n'a pas le temps d'admirer les orques et autres dauphins. Elle est plongée dans son marathon et garde son rythme entre 9 et 10 km/h. (Avec des pointes à 10,5, mais elle ne veut pas se laisser griser et redescend à 9). Cette portion est délicate car c'est une grande ligne droite de plusieurs kilomètres. Mais cela ne l'effraie pas. Et hop ! Un deuxième 10km de fait. Elle est fringante, et se ravitaille comme à chaque fois. (Banane, eau, fruits secs).

Km 21,1 : passage au fort carré d'Antibes. 2h23 : son premier semi marathon, même pas mal !!! rien ne peut plus l'arrêter. Une copine lui avait dit 《pour finir un marathon, tu dois arriver au semi en ayant l'impression d'avoir fait un footing》. Ce qu'elle a fait. S'ensuit la traversée du vieil Antibes tres pittoresque. 

Km 25 : la difficulté du marathon, la montée du Cap d'Antibes. Elle réduit sa foulée et gère au mieux cette petite côte, en profitant même des groupes de musique qui jalonnent le parcours. Elle fait cette ascension sans marcher. jusqu'à présent, mis à part pour se ravitailler, elle n'a pas cessé de courir. Son moral est toujours au beau fixe. 

Km 30 : 3h26. et de 3 fois 10km. !!! descente sur Golfe Juan. Le public est toujours aussi nombreux, et etre encourager par son prénom est motivant. La "machine" commence à  s'enrayer, et les premières douleurs apparaissent, hanches, genoux, chevilles. Mais surtout .... elle ne veut pas y penser.

Km 35 : Après la traversée de Juan les Pins, un ravitaillement bienvenu. Un arrêt toilettes nécessaire (elle trépigne derrière une concurrente qui prend trop de temps). Elle en profite pour faire une pause plus conséquente, et prend de la boisson énergétique et mange encore. Les jambes sont lourdes et elle repart en marchant sur quelques mètres. Premiers petits fléchissements et doutes. S'arrêter si près du but n'aurait pas de sens. Elle reprend sa course et se concentre sur sa foulée, sur sa posture afin d'oublier ses douleurs de plus en plus présentent. Malgré ses efforts son rythme diminue à 8km/h.

Km 40 : 4h40, et de 4 !!! Plus que 2,195 km, elle tient le bon bout, elle va y arriver, l'euphorie la gagne et les douleurs s'atténuent, pour ne laisser place qu'au plaisir d'avoir déjà parcouru tout ce chemin.

Le dernier kilomètre sur la croisette est magique, la foule très nombreusedes deux côtés de la route l'encourage et laisse à penser à une haie d'honneur bien méritée. Elle entend le speaker et aborde le tapis bleu des 100 derniers mètres. Ellle est souriante, avec une belle foulée.

Elle franchit enfin la ligne d'arrivée, les bras levés, elle a gagné, elle l'a fait, elle a réussi, elle a même la présence d'esprit d'arrêter son chrono, 4h56.... moins de 5h.... waouh !!! Elle sourit, elle réalise qu'elle vient de faire son premier marathon. Elle reçoit sa medaille de finisher, d'une bénévole qui dit à sa collègue 《c'est dingue quand on la voit on ne dirait pas qu'elle vient de faire un marathon!!》. Impressionnant, le sourire ne la quitte plus !! Elle est aux anges dans cette baie.

Bravo, Isabelle. Respect.

 

Commentaires   

malou
0 #12 malou 17-12-2016 11:24
BRAVO Isabelle :D
c'est super,
très beau récit, émouvant,
Citer
isabelle
0 #11 isabelle 10-12-2016 21:51
Merci beaucoup pour tous vos messages de sympathie et suis heureuse de faire partie de la famille des mille pattes .
Citer
Coco
0 #10 Coco 29-11-2016 21:02
Bravo la miss !!!! C'est formidable !!!! Et le premier restera toujours mémorable !!!! Et Laurent beau récit. Bises :lol:
Citer
DomDesplanches
0 #9 DomDesplanches 29-11-2016 10:10
Hello! Que dire...? sinon avouer que je suis encore sous le choc ...la semaine précedente nous venions de courir 10 kms à l'entrainement et nous reconnaissions ensembles se sentir bien à l'arrivée ...s'en suit un week end avec soirée bien arrosée...ou l'on parle du marathon ..folie ..pas d'entrainement ...Nice et les attentats ...et elle y va et elle le fait !!!!! choc joie surprise tout se mélange ...Quel potentiel ! respect et admiration ! bravo au coach : Thierry tu y as toujours cru ! moi ça m'intimide ...merci pour ce récit !
Citer
Cricri
0 #8 Cricri 24-11-2016 20:14
courageuse, déterminée , à l'écoute de son corps .... et à la clé la ligne d'arrivée franchie les bras levés et le sentiment d'avoir réalisé l'exploit de sa vie !
Isabelle tu as du savourer les instants qui ont suivi et c'est bien normal .... le 1er marathon est celui que l'on oublie jamais ! un grand bravo Isabelle et bonne récupération ....
Et chacun d'entre nous sait que le 1000 PATTES ne lâche rien ;-)
Citer
titislowrun
0 #7 titislowrun 24-11-2016 17:00
BRAVO bien venu dans la famille des marathoniens
titi
Citer
BERNARD alias Emile Pattes
0 #6 BERNARD alias Emile Pattes 24-11-2016 07:10
Un grand bravo pour avoir couru le même jour ton premier semi et surtout ton premier marathon ...le plus beau !!!
Bel exploit car partir pour 42.195 km sans préparation c'est vraiment exceptionnel.
Place maintenant à une bonne récupération...indispensable !!!
Merci à Laurent pour ce beau récit
Citer
Delorme
0 #5 Delorme 23-11-2016 21:05
Elle est trop forte ma belle soeur .
Citer
Cri
0 #4 Cri 23-11-2016 20:59
Chapeau pour cet exploit peu ordinaire ! Et merci pour le récit sans emphase.

Waouh ! Super ! CriFan.
Citer
Hub
0 #3 Hub 23-11-2016 09:44
Elle nous avait bien caché sa future aventure!!!! peu de mots pour qualifier ce véritable exploit, la volonté, rien que la volonté, a conduit Isabelle au dépassement de soi,Bravo, Bravo, Bravo, et bienvenue au club des marathoniens.
Citer