(113km et 7000m D+, à couvrir en moins de 30heures)

L'aventure commence 6 jours avant, quand je décide de monter sur mon toit, PIEDS NUS !, pour tenter de dénicher un loir sous les tuiles ! Non, je ne tombe pas mais me coupe sous le pied gauche : une entaille de 2 centimètres… juste avant un ultra-trail… « Mais quel con !». Je passerai le reste de la semaine à m'en vouloir et à envisager le forfait.

 

UR1

Jeudi 25 mai : J'arrive à Annecy sous la canicule, je m'installe au camping puis descend à la soirée organisée par Salomon au Casino Palace. Un bon verre de St Emilion pour le moral, puis 2 heures de superbes vidéos de trail, commentées par quelques champions présents (Caroline Chaverot, Mira Rai, Francois Dhaene, Dakota Jones…). Une belle leçon de trail et de partage.

UR2

Le moral revenu, je remonte au camping et m'endors sous les gazouillis des oiseaux… 5 heures plus tard je suis réveillé par ces « ENFOIRES DE PIAFS » qui n'ont pas arrêté de la nuit !

 Vendredi 26 mai : L'après-midi je vais chercher mon dossard, superbe village partenaires, organisation au top pour accueillir 7500 coureurs sur plusieurs courses. Le cadeau de bienvenue est une bouteille de bière personnalisée par n° de dossard, pas mal !

La particularité de cette course est l'heure du départ : 1h30 du matin ! pas facile de gérer le repas et la nuit. Dernier gros repas à 19h et dodo à 20h. Avec la chaleur et le stress je dormirai à peine 2 heures ; quand ça veut pas...

 Samedi 27 mai, 1h15 du matin : je suis enfin dans mon sas de départ. Je cherche en vain Antoine et Yannick qui doivent être juste derrière les élites. La hiérarchie étant respectée, je n'envisage même pas de les rattraper.

1h30 : C'est parti, y'a le feu au lac : les feux de bengales ouvrent la voie aux 950 partants. Un petit salut à mes parents, mes fidèles supporters. On déroule tranquille le long des berges pendant 3km, en se faisant bien charrier par quelques fêtards, bouteilles en main. Pour ma part, j'ai chargé 1 litre d'eau et 1 litre de lait d'avoine sur le chameau. Il fait déjà 18°.

Puis vient la longue ascension processionnaire et suante de 16km, pour atteindre le sommet du Semnoz à 4h45. Déjà 1200m de dénivelé d'avalé. Ma blessure sous le pied me chatouille un peu. Le jour se lève sur les sommets alentours, majestueux. Gros ravito, 2 soupes, un peu de solide, je recharge en eau. Belle et longue descente en sous-bois et chemins forestiers.

UR3

Puis c'est la petite bosse de 550mD+ qui nous mène au Col de la Cochette. Plus de ravito solide avant longtemps mais des points d'eau que l'on attend comme des oasis.

Mon ventre commence à me brasser, déjà écoeuré par les barres céréales.

Par endroits le chemin a été défoncé par des engins forestiers monstrueux ; l'organisation a planté plein de petits drapeaux jaunes aux endroits à éviter : des ornières énormes prêtes à avaler un traileur.

On attaque la longue montée vers Le Charbon. Derrière on crie « laisser passer » ; C'est le premier de la Maxi-Race 83km, parti à 5h. Je m'arrête pour admirer l'aisance et la légèreté de Sébastien Spehler ,seul en tête, il trottine dans la côte ! Ses 2 poursuivants nous doubleront à 10mn d'intervalle chacun.

Puis vient la bifurcation des 2 courses : les signaleurs nous rappellent avec malice qu'on a signé pour 113 km. On s'éloigne du lac pour s'enfoncer dans les Bauges.

Des petits vallons tranquilles, des hameaux paradisiaques. Il fait chaud mais par chance nous sommes souvent en sous bois. Mais ça ne dure pas, je vais avoir mon premier gros coup de mou dans la rude montée avant le Charbon. Le chemin caillouteux est chauffé à blanc, la déshydratation guette.

Les SMS de soutien (ou taquins pour certains !) me reboostent bien.

Dernier sommet avant Doussard, magnifique vue sur le Lac et grosse envie de s'y plonger ! Vaincus par le sommeil, des coureurs dorment ici où là à l'ombre.

 

16h50, Doussard, km71: mes parents m'attendent depuis 3 heures pour m'assister et m'encourager. Je prends 40 minutes pour me changer, me nourrir, recharger en eau et lait d'avoine. Beaucoup de concurrents jetteront l'éponge ici. En sortant du ravito, un coureur est accompagné par sa famille avec tambours et trompettes pendant 500m, ambiance !

C'est parti pour 42km très soutenus : montées rudes et descentes piégeuses. Col de la Forclaz, Chalets d'Aulps, La Tournette...

Surprise rafraîchissante : on passe sous un névé !

UR4

Les nausées reviennent, ma blessure se rappelle à moi et j'ai parfois quelques étourdissements par manque de sommeil. J'arrive tout vaseux sur une petite place de village. Il y a là un petit ravito officieux où une gentille spectatrice m'offre une tisane providentielle et 2 biscuits succulents. Qu'elle soit encore remerciée : sans le savoir, elle a peut-être sauvé ma course ! Puis j'assiste à une scène très drôle : le vainqueur de la Maxi-Race, venu en spectateur, en train de sermonner énergiquement un coureur anglais sur le point d'abandonner : «Go, Go maintenant ! ».

Dans la nuit, on avance par petits groupes, en discutant pour rester éveillés.

1h30,Menthon-St-Bernard, km 95 : Dans ce 3e et dernier gros ravito, je dormirai 30mn à même le sol. Mon avance est confortable et j'ai donné rendez-vous à mon père à 5h30 à l'arrivée. Je repart requinqué après avoir discuté ici avec un ancien collègue de travail, devenu masseur et qui coache un concurrent.

Dernière grosse bosse, interminable : direction le Mont Baron. Les concurrents passés après 22h sont déviés vers un sommet moins exposé, que j'atteins à 4h07 (avec au passage une pénalité de 6' pour cause de lenteur).

A nos pieds, Annecy brille de tous ces feux, c'est magique. 

Belle et longue descente en lacets dans la forêt... je loupe une bifurcation par manque de lucidité et fais presque 100m sur un autre chemin avant qu'un coureur me rappelle. Merci l'ami !

Les premières maisons arrivent enfin...il était temps car mon pied gauche devient douloureux. A la traversée de la route, je remercie les bénévoles qui ont fait un super boulot tout au long du parcours.

Dimanche 28 mai, 5h20 : Le bord du lac et son long ponton, désert à cette heure là... je trottine allègrement dans ce dernier kilomètre ! Quelques spectateurs matinaux, dont mon père infatigable...j'aperçois l'arche... je lâche les poneys et double 3 coureurs...le long tapis rouge...et enfin l'arrivée sur un podium... YESSSS  !!!

UR5

- 28h01 au chrono.

- François D'Haene gagne en 12h55 !

- 45% d'abandons environ

 BRAVO à tous les 1000 Pattes FINISHERS : Antoine et Yannick sur l'Ultra-Race, en un peu plus de 24h. Aubérie et Maxime, sur la Maxi-Race et Sandie, sur la Marathon-race !

Denis P.

 UR6

 

 

 

 

 

Commentaires   

jpb
0 #8 jpb 23-06-2017 20:18
Bravo Denis, un seul mot RESPECT
Merci pour ce récit
et Félicitations à tous nos Traileurs
Citer
Coco
0 #7 Coco 13-06-2017 15:57
Petit rajout ou ai-je la tête ... Bravo aussi à tous les autres mille pattes bisous ;-)
Citer
Coco
0 #6 Coco 13-06-2017 15:54
Avec un peu de retard je dis encore bravo et c'est sur quel performance chapeau l ' ami. Mille bisous :lol:
Citer
Frantz
0 #5 Frantz 08-06-2017 13:05
Quelle performance ! à peine croyable, en tous cas bravo ainsi qu'aux autres 1000 pattes présents
Citer
BEAUVAIS Pierre
0 #4 BEAUVAIS Pierre 07-06-2017 08:57
Bravo Denis !!!

Comme quoi, la Bresse est une terre d'ultra traileur :lol:
Citer
Hub
0 #3 Hub 06-06-2017 17:19
bravo aux 1000 pattes au long cours, rien ne semble vous arrêter , continuez à nous faire partager ces beaux récits émouvants.
Citer
BERNARD alias Emile Pattes
0 #2 BERNARD alias Emile Pattes 06-06-2017 07:01
Chapeau l'artiste pour ce nouvel exploit qui laisse tout le monde admiratif. Après une telle course, tu as certainement du dormir comme un loir... :zzz :lol:
Place maintenant à la récupération et, je suis certain, à la préparation d'une nouvelle aventure
Citer
Cricri
0 #1 Cricri 05-06-2017 21:34
Un GRAND GRAND BRAVO à toi Denis pour ce nouvel exploit ! Et on ne peut qu'être admiratif devant cette performance hors du commun avec en plus une blessure ! Chapeau bas Denis ; ton récit nous met presque dans les conditions que tu as vécues.... mais NON NON merci ce genre de trail ne me séduit aucunement ! Encore félicitations et bon repos !
Citer